A lire en préambule : Lettre ouverte aux pétitionnaires (et textes en cascade).
Note en début de page : je vais parler d'anarchie mais j'englobe la pensé libertaire (j'avoue ne pas forcement saisir la différence) et toutes les réflexions anti-autoritaires se retrouvant peu ou prou dans le slogan "ni Dieu ni Maître".

 

Il y a truc qui ne me semble pas assez questionné dans les milieux anarchistes : les rapports de pouvoir au sein de ces milieux et le fait qu'on se retrouve à avoir de petits chefs en anarchie.
Alexis Escudero, Michel Onfray, Serge Quadruppani, Pierre-Joseph Proudhon, Louise Michel, Albert Libertad... des personnes (mortes ou vivantes) se retrouve investies d'une autorité supérieure et semblent alors en droit de diriger la pensée anarchiste ou au moins le droit de chier sur la moquette de l'anarchie sans avoir à être critiqués et remis en question (et leur merde se retrouve quasi vénérée).
Pour les morts je vais pas trop les attaquer ici. Déjà certain-e-s ne voulaient pas du pouvoir de leur vivant (je pense particulièrement à Louise Michel qui voyait dans le pouvoir quelque chose de maudit) et ça les ferait peut-être hurler de savoir qu'iels sont devenu-e-s aujourd'hui des figures d'autorité de l'anarchisme (des figures de pouvoir).

Les vivants par contre je ne vais pas les epargner.
D'abord car Escudero, Quadruppani, Onfray ou les autres ne semblent pas déplaire leur pouvoir ni leurs apparitions dans différents médias.
Ensuite car, comme je l'ai dit au début cette question de pouvoir au sein de l'anarchie ne semble pas questionnée. C'était très visible (et malaisant) quand la pétition ridicule "pour la liberté d'expression et contre l'intimidation" est sortie.
Parmi les signataires on retrouvait les petits chefs de l'anarchisme ainsi que des éditeurs en leur nom propre au nom de leur maison d'édition. Et ça a surtout été critiqué par les féministes et LGBT anarchistes qui ne voyait par contre aucune défense de leur liberté d'expression et aucune opposition aux intimidations et menaces venant de "camarades". Bizarrement que des anarchistes annoncent être prêts à agir en soldat d'Escudero contre les féministes et LGBT ne semblait pas poser le moindre problème.
Et si j'en reparle encore après deux ans c'est que j'ai toujours pas digéré le morceau.
C'est aussi suite au texte de Quadruppani, appelant à la convergeance avec les flics. Un texte qu'on nous a dit être humoristique. Si Serge Quadruppani veut se reconvertir dans l'humour il en a le droit, il a le droit de mettre un gros nez rouge, deux traîts sous les yeux, un chapeau qui bouge, un air malicieux et de se faire rebaptiser Anarcozo le Clown.
Il faut voir que si des anarcha-féministes ou des militant-e-s LGBT anarchistes avaient pondu le même texte que Quadruppani ça aurait été vu comme une preuve de compromission libérale et l'excuse de l'humour aurait été directement retoquée. Si Quadruppani peut s'en sortir avec une pirouette qui ferait palir d'envie Nadia Comăneci c'est parce qu'il a du pouvoir en anarchie, il est un petit chef et des petits soldats prendront rapidement les armes pour venir le secourir et combattre à son côté.
L'anarchie peut-elle se passer de ces petits chefs ?
En fait je n'en suis pas sûre mais je vais y revenir plus tard. Par contre quitte à avoir des petits chefs l'anarchie ferait mieux de ne pas choisir des réactionnaires. Je sais qu'il y aura des "camarades" pour les défendre mais perso voir qu'on a pour petits chefs des pro-pédophilie, des antisémites, des homophobes et misogynes reprennant à la virgule les discours de l'extrême-droite catholique ça m'horrifie.

"C'est que le pouvoir est maudit et c'est pour cela que je suis anarchiste"." Louise Michel

Le pouvoir est-il maudit ?
Je ne pense pas, enfin pas vraiment car je ne crois pas aux forces de l'invisible (c'est le problème quand on est matérialiste).
Je ne pense pas que le pouvoir a corrompu Onfray, Quadrupanni, Escuredo ou d'autres. Mais je crois que si ces gens ont plus ou moins accedé au pouvoir au sein des milieux anarchistes (ou même au pouvoir médiatique en général) c'est parce que nous sommes dans une société avec des rapports de pouvoir et que l'anarchie ne sort pas de cela.
Et comme on a une reproduction des mêmes rapports de pouvoir il me semble au final presque logique (et normal) que dès que l'on aborde des sujets qui ne concernent pas directement nos petits chefs ou qui ne vont pas mettre à mal une posture anarchiste (c'est à dire dès lors qu'on sort de questions de classe) on retrouve les mêmes réflexions et discours que dans n'importe quel autre milieux.

Avant de revenir (et conclure) sur la question poser plus haut, à savoir si l'anarchie peut ou non se passer de petits chefs je voudrais m'adresser aux soldats dévoués de nos petits chefs.
Vous avez le droit de partager leurs idées réactionnaires, de relayer les discours de l'extrême-droite catholique car "quand même sur ce point ils ont pas tort", vous avez aussi le droit d'être Charlie et de faire la queue leuleu derrière des dictateurs car "c'est là qu'est le peuple" (j'ai réeelement lu ces discours sur un forum se réclamant de l'anarchie révolutionnaire - pléonasme). Vous avez aussi le droit, en bons petits soldats, de menacer de violences les féministes et LGBT, on sait que ces menaces ne sont pas des paroles en l'air et que vous serez prêts à jouer des mecaniques virils pour défendre vos chefs et leur Liberté d'Expression.
Mais commencez à prendre conscience que le fait même d'être de parfaits petits soldats au services de vos petits chefs, d'agir pour que les rapports de pouvoir au sein de l'anarchisme ne soient pas remis en cause est une contradiction majeure avec le fait de vous revendiquer anarchistes.

Et pour conclure, comme promis, mon point de vue sur "l'anarchie peut-elle se passer de petits chefs ?"
Je ne sais pas.
Whaou so much radical comme réponse. Alors je vais dévelloper.
L'anarchie est un mouvement de révolution sociale, à mon sens d'avantage que le communisme car la volonté d'icelui de consever un appareil d'Etat s'inscrit dans une forme de réformisme. Une révolution sociale dans le sens de l'anarchie ne peut pas naître du néant, il est au préalable nécessaire que les révolutionnaires soient conscientisé-e-s aux idées de l'anarchie. Il est aussi nécessaire que ce mouvement révolutionnaire soit massif, dans le cas contraire les contre-révolutionnaires auront vite fait de mâter ce qui ne sera vu que comme une rébellion.
Un des objectifs à court terme de l'anarchie devrait donc être de conscientiser un maximum de personnes aux idées anarchistes et de les convaincre qu'il s'agit là de la seule solution pour éviter les barbareries autoritaires et totalitaires.
C'est ce qui amène à cette contradiction.
On a d'un côté des gens qui sont conscientisé-e-s et adhèrent aux idées anarchistes et d'un autre celles et ceux qui ne sont pas conscientisé-e-s et/ou qui ne n'adhèrent pas aux idées anarchistes. Je pense que cette opposition entre une "élite" conscientisée et une base non-conscientisée explique en partie la présence de petits chefs dans nos milieu.
Et même moi je me retrouve dans ce travers. J'ai tendance à placer certains personnes qui ont apporté à mes réflexions (pas seulement au sujet de l'anarchie) sur un petit piedestal. Et il y a peut-être des personnes pour faire la même chose avec moi. Dès lors que l'on milite (encore une fois pas seulement dans le cadre de l'anarchie) on a le risque d'arriver à ça.
Mais malgré ce travers je pense qu'on peut quand même éviter d'avoir des petits chefs en anarchie. Ou au moins remettre en cause le pouvoir de ces petits chefs au sein du milieu.
Il faut toujours avoir à l'esprit cette contradiction de l'anarchisme, le fait qu'on fait partie d'une société avec des rapports de pouvoir et que brandir l'étiquette "Anarchiste" n'en fait pas magiquement sortir.

Cassandra