Pré-scriptum : Je vous conseille de lire ce texte de Bordeaux Bordel en introduction ainsi que les textes liés.

A vous qui avez signé cette stupide pétition "Contre la censure et l’intimidation dans les espaces d’expression libertaire",

Il est un proverbe disant que les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Je ne suis pas fan de proverbes en général mais là il faut dire que c'est plutôt bien trouvé.
Le premier acte de cette comédie ubuesque était raté. Votre reprise d'un argumentaire réactionnaire et conspirationniste, vos attaques contre les féministes et contre les gays, lesbiennes, bi-e-s et trans, votre défense d'une liberté d'expression des oppresseurs, votre opposition à une censure qui viendrait des minorités mais qui dans les faits n'existe pas n'avait rien à envié aux discours de celleux que vous prétendez combattre par ailleurs, tout ça n'a pas réussi à nous faire sourire. Ou alors de dépit.
Le second acte était certe un peu plus drôle. Votre défense de cet universitaire bourgeois qu'est Escudero malgrès nos critiques politiques était un peu plus dans le ton de cette farce, de cet Ubu libertaire que vous nous offrez en représentation.
Et là avec le troisième acte, avec cette pétition vous dépassez toute nos attentes. Vous avez réussi à être absurde, à vous ridiculiser et à ridiculiser les pensées anarchistes et libertaires.
Alors n'allez pas plus loin. Comme dit dans le texte mis en lien dans l'incipit la seule chose que vous puissiez encore faire pour aller plus loin dans l'absurde serait de porter plainte pour diffamations ou violences. Epargnez-vous et surtout epargnez-nous ce ridicule spectacle.

Mais reprennons le texte de cette pétition, essayons d'en faire une critique pour montrer à quel point le texte que vous avez signé est d'une stupidité sans nom, une honte pour les idées anarchistes et libertaires.

Vous comdamnez d'abord les violences et menaces qui empêcheraient de tenir débat.
Nous avons déjà critiqué cette idée qu'il faudrait absoluement débattre de certains sujets mais puisqu'à l'évidence vous n'entendez pas autant le repéter encroe une fois. Pourquoi faudrait-il des débats contradictoires sur les droits des femmes, des gays, des lesbiennes, des bi-e-s et/ou des trans alors qu'on ne fait pas de débat contradictoire quand il s'agit de la lutte contre l'oppression capitaliste?
Pourquoi les salons du livre libertaire n'inviteraient pas Alain Minc pour débattre sur l'entreprenariat?
Absurde me réponderez-vous?
Je suis d'accord. Aussi absurde qu'inviter un réactionnaire sexiste, homophobe et transphobe pour débattre des femmes, gays, lesbiennes, bi-e-s et trans.
Selon moi cette idée qu'il faudrait absoluement débattre de tout (et surtout avec tout le monde / n'importe qui) est incompatible avec les idées libertaires et anarchistes. On a pas à débattre des oppressions, on doit les combattre. Et si ça fait chier nos camarades universitaires habitué-e-s à ces scéances de branlettes collectives dans un entre-elleux de complaisance avec les oppresseurs ils n'ont qu'à aller débattre avec leurs camarades universitaires libéraux, je ne les retiens pas.
Ensuite par rapport à ces violences et menaces, je ne nie pas la violence des féministes et militant-e-s GLBT qui réagissent aux propos d'Escudero, c'est la violence normale d'un-e opprimé-e réagissant à un discours qui vise à lui nuire. Vous ne condamnez pas la violence de nos camarades quand elle vise les bourgeois avec un discours capitaliste, au contraire vous la glorifiez, chantant les louanges d'une insurrection qui n'en fini pas de venir mais quand elles concernent un bourgeois avec un discours réactionaire masculiniste bien incrusté dans nos milieux elles deviennent d'un coup illégitimes?
Après si vous condamnez la violence de manière générale c'est votre droit mais force est de constater que ce n'est pas le cas. Vous jouissez à l'idée de violence quand elle est dirigée vers les flics, vous mouillez votre culotte sur un imaginaire d'ultra-violence et vous venez vous plaindre quand les cibles de vos discours réactionnaires vous renvoient ne serait-ce qu'un dixième de cette violence que vous fantasmez tant.
Ce qui m'énerve c'est aussi qu'on ne semble pas voir la violence des discours et actes de certain-e-s "camarades" à l'encontre des féministes et militant-e-s GLBT. Le discours conspirationniste d'Escudero est violent. La façon dont vous avez ignoré nos critiques pour inviter ce réactionnaire est violente. Vos réactions quand nous avons commencé à agir physiquement - puisqu'à moins de sortir les couteaux vous ne nous entendez pas - ont été elles aussi violente. Comme est violent le fait de nous obliger à débattre avec des gens qui nous crachent à la gueule. Et je vois bien que cette violence là vous ne comptez pas la condamner, que cette intimidation des féministes et militant-e-s GLBT dans vos "espaces d'expression libertaire" ne vous pose pas le moindre problème.
Et pour ce qui est du fallacieux, de l’amalgame et de l’anathème avez-vous seulement lu l'ouvrage de propagande écrit par Escudero?
Car dans le genre c'est un chef-d'oeuvre de déclarations fallacieuses et d'amalgames ayant pour seul but de lancer l'anathème sur les féministes, les gays, les lesbiennes, les bi-e-s et les trans (pour preuve lisez la critique qu'en a fait Clirstrim, vous la retrouvez via le lien mis en intro). Vous parlez de nos commentaires injurieux sur les sites « libertaires » mais on pourrait parler de vos commentaires, quand vous nous présentez comme des monstre-sse-s déviant-e-s et surtout tous ces commentaires où vous rejeter nos critiques sans même les avoir lu, nous traitant avec mépris et paternalisme.
Je n'ai même pas fini le premier paragraphe de votre appel à pétition et déjà je m'arrache les cheveux devant l'énormité de votre stupidité. On pourrait croire que vous ne pourriez pas faire pire que ces reproches qu'on peut facilement vous retourner et c'est là que vous parlez de la mise à l’index d'Alexis Escudero...

Koala2

 

Mise à l'index?
On parle bien d'un mec qui en plus d'avoir été invité à prendre la parole sur France Inter, France Culture, le Nouvel Obs, le Figaro, relayé par l'Opus Dei (pardon, je voulais dire la manif pour tous), la Décroissance... a vu ses idées relayées dans nos espaces libertaires (via Radio Libertaire, Alternative Libertaire et de trop nombreuses invitation à "débattre" dans nos milieux)?
C'est ça que vous appelez une mise à l'index?
Ridicule.
J'ai pas d'autre mot. Alors que dans le même temps vous nous virez des espaces libertaires et anarchistes vous osez parler de mise à l'index pour un mec qui non comptant de parader dans les médias mainstream jusqu'aux plus libéraux est accueilli à bras ouverts dans la plupart de nos espaces libertaires.

Ensuite comme il est cher à votre coeur de reprendre de font en comble l'argumentaire des réactionnaires vous et celleux qui relaient vos discours réactionnaires en victimes de la violence de ce voir « décerner des qualificatifs en "phobe" ». Pauvres choux. Ce que vous êtes incapable de voir, comme celleux de la manif pour tous qui ont manifesté pendant des années contre nos vies de "déviant-e-s" c'est que nous ne décernons pas ces qualificatifs à l'aveugle, quand nous disons qu'Escudero est homophobe, transphobe, masculiniste ce n'est pas une insulte (contrairement aux fois où vous nous qualifiez de déviant-e-s) mais un constat. Comme tout bon réactionnaire (cf celleux de la manif pour tous) sitôt ces mots de sexiste, homophobe, lesbophobe, transphobe (...) prononcés vous réagissez en nous attaquant de plus belle et rejettant nos critiques.
Vous agissez comme ces fascos, ces Soral ou ces Chouard, qui vont cracher sur les antifas alors qu'iels ne font qu'énoncer des faits.
Votre refus de ces « qualificatifs en "phobe" » est surtout un refus des luttes contre le sexisme, contre l'homophobie, contre la transphobie (...). Assumez "camarades" réactionnaires, vous êtes des crevures d'homophobes, de transphobes et de misogynes.
Quand vous dites que nous parvenons souvent à nos fins et provoquons la censure vous mentez (encore une fois). Non seulement le bouquin de ce bourgeois réactionnaire d'Escudero est toujours publié mais on continue à en voir la promotion autant dans les médias mainstream que dans nos espaces prétenduement libértaires. J'aimerais d'ailleurs que les éditeurs qui ont signé ce texte ridicule (coucou Éditions Acratie ; Éditions Le Coquelicot ; Éditions de la Pigne ; Éditions de la roue ; Éditions Rue des Cascades : Éditions Le Monde à l’envers ; Éditions libertaires ; Éditions Le Pas de côté...) me listent les ouvrages qui n'ont pas été publié à cause des méchant-e-s féministes et militant-e-s GLBT que nous sommes, et si possible expliquez-moi pourquoi on trouve si peu d'ouvrage féministes dans vos catalogues (j'en ai compté 6 dont 5 chez les éditions libertaires qui ont un catalogue de plus de 100 publications) et aucun ouvrage militant GLBT, n'est-ce pas là de la censure?
Il faut croire que celle-là, de censure, ne vous pose pas le moindre problème.

Vous nous dites stalinien-ne-s autoritaires, ce qui prouve encore une fois que vous refusez toute réflexion politique critique. J'ai été assez longtemps à l'UNEF dans un syndicat étudiant pour voir ce qu'étaient des méthodes staliniennes et autoritaire et vous voulez savoir le plus drôle?
Celà vient toujours de celleux qui ont le pouvoir politique. C'est drôle non?
Hors dans nos milieux libertaire les féministes et militant-e-s GLBT n'ont aucun pouvoir politique sinon celui de fermer leur gueule pour laisser parler leurs camarades réactionnaires. Vous lancez cette accusation de stalinisme comme vous auriez pu lancer celle de fascistes mais le fait est que ce n'est pas nous qui avons la possibilité d'interdire d’expression qui que ce soit et que quand on ose dénoncer pour ce qu'elles sont les idées masculinistes réactionnaires qui circulent dans nos milieux nous nous voyons privé-e-s de droit d'expression, discrédité-e-s, insulté-e-s au mieux, menacé-e-s et frappé-e-s au pire (cf De l'indignation sélective des mecs anars... en général et Anarchie ou Patriarchie). Oserais-je dire que s'il y a stalinien-ne-s dans nos milieux c'est de votre côté qu'il faut regarder (ah bah oui, j'ose)?

S'ensuit un amalgamme de faits sans liens logiques.
La violence commise par des "vegans intégristes" à l'encontre de saucisses (vous vouliez juste prouver votre ridicule avec ça?).
Le fait que des gays, lesbiennes, bi-e-s et trans aient empêché la venue au centre GLBT de Paris (qu'on m'explique au passage depuis quand c'est le milieu libertaire) de Marie-Jo Bonnet qui depuis quelques temps collabore avec des groupes d'Extrême-Droite.
Le fait que des féministes, gays, lesbiennes, bi-e-s et trans aient zappé l'invitation d'un masculiniste réactionnaire au salons du livre libertaire.
Déjà comme dit avant je vois pas le lien avec le premier à moins de supposer que tou-te-s les vegans sont féministes et/ou GLBT ce qui est faux. Puis sérieux vous allez pas pleurer pour un barbeucue renversé, vous me faites penser à ces fafs qui pleurent la "disparition du porc" dans les cantines françaises (alors qu'en fait des familles demandent juste une possibilité de choix).
Ensuite quelle est l'idée que vous voulez faire passer en comparant Marie-Jo Bonnet et Escudero?
Que les militant-e-s GLBT et féministes s'opposent à celleux qui diffusent des idées réactionnaires au point d'être relayé-e-s par les libéraux?
En quoi ce serait un problème?
A moins que votre but soit de prétendre qu'il existe un lobby homosexuel et féministe surpuissant muselant les opposant-e-s mais là ce serait du conspirationnisme, sans faits social pour appuyer vos délires.
Vos deux exemples (Marie-Jo Bonnet et Alexis Escudero) ne tiennent pas vraiment la route car comme on a pu le dire (moi et d'autres, sur des blogs ou sur twitter) il n'y a pas de censure, Escudero et Marie-Jo Bonnet continuent à faire la promotions de leurs idées réactionnaires ici et là et l'un-e comme l'autre ne sont pas en manque de relais - que ce soit via la manif pour tous, via les médias mainstream ou via certains camarades et médias libertaires.
Et on pourrait ajoûter des exemples de censure, quand des militant-e-s GLBT et féministes ont voulu zapé l'intervention de Christine Le Doaré à l'eurolesbopride. Est-ce parce que Christine Le Doaré est une féministe de droite, liberale, et que les militant-e-s venu-e-s la critiquer ont été violement viré-e-s par un service d'ordre privé que vous n'en parlez pas?

Pour conclure une citation de la magnifique Brigitte Fontaine « Quand il s'agit de femmes il n'y a pas d'hommes de gauche » à laquelle j'ajoûterais : quand il s'agit de gays, de lesbiennes, de bi-e-s ou de trans il n'y en a pas plus.

Koala