Encore une fois vous avez relayé les immondices transphobes publiées par Tradfem. Bien sûr vous allez encore nous dire qu'il s'agit là d'un partage automatique, que vous ne partagez pas les vues de cet article.
Vous relayez aveuglement tout ce que Martin Dufresne vous fait parvenir via Tradfem, renforçant son pouvoir de petit roi du féminisme et renforçant le pouvoir d'un cite qui explique par exemple qu'être femme c'est "être traversée par des flux menstruels".

Alors je n'ai pas lu ce nouvel article. J'en ai soupé des thèses conspirationnistes et essentialistes de vos consoeurs. J'en ai soupé de voir qu'elles pouvaient nous harceler, nous menacer de procès, réveler des informations personnelles à notre sujet et même s'allier à l'extrême-droite religieuse sans que cela vous pose le moindre problème.
Je suis fatiguée de voir que votre matérialisme s'arrête là où votre haine des trans commence.
Ce n'est pas parce que nous nous ressentons femmes que nous sommes des femmes mais bien car nous sommes socialement considérées et traitées comme des femmes. Nous, femmes trans, vivons la misogynie au quotidien.

Voilà c'est tout ce que j'ai à dire car ceci m'épuise.
A vos yeux les femmes trans doivent être exclues du féminisme (là même où la présence et le pouvoir de Martin Dufresne ne sera jamais condamnée). Vu le texte que vous avez relayé, sur la prise de la tête de la pride de Londres, nous devont aussi être exclues du mouvement LGBT.
Privées d'espaces de lutte, féministes et LGBT, nous sommes condamnées. Mais qui s'en soucie ?