Je voudrais dans ce texte revenir sur la dernière campagne de l'inter-LGBT, présentée comme une campagne choc de prévention contre les suicides LGBT.

B9MJOhUIMAElOdO   B9MJOhWIcAAwKOJ

Bon encore une fois LGBT semble vouloir dire lesbiennes et gays. L'Inter-LGBT a promis (en fonction des gens qui en faisait la remarque) des affiches concernant les trans et les bi-e-s ou seulement les trans. Il doit être plus difficile de trouver une insulte violente visant les bi-e-s. (Edit : 6 mois après on attend toujours, même si dans le temps on a eu le double aveu, d'abord qu'il n'y aura pas d'affiches de prévention des suicides pour les trans et les bi-e-s, ensuite qu'à l'inter-LGBT les droits des trans ne faisaient pas consensus)
Une telle affiche concernant les trans je n'en veux pas. Je n'aime déjà pas ce qui a été fait pour les gays et lesbiennes alors je vois pas pourquoi je serais contente d'avoir la même chose.
Pourquoi je n'aime pas cette campagne?

Premier point qui me gène (soulevé par quelques personnes sur Twitter) c'est savoir qui sera choqué par cette campagne ?
Les hétéros qui emploient ces mots sans penser à mal et se rendrons compte que ça peut blesser?
Peut être quelques un-e-s mais la plupart n'en auront rien à faire. Voilà comment réagi un Youtuber à 237 000 abonné-e-s quand on lui fait remarquer qu'employer enculé comme insulte est homophobe (et sexiste) :

Sans titre

 

C'est insultant donc c'est drôle. Vous croyez que Mathieu Sommet et ses 237 000 abonné-e-s verront le moindre problème à continuer de considérer que se faire sodomiser est humiliant, "pas très sympathique", donc amusant à employer comme insulte?
Vous croyez que ces gens verront le moindre problème a utiliser d'autres insultes sexistes, homophobes, transphobes (...) car c'est drôle à leurs yeux?
En fait je crois que les seuls personnes que cette campagne peut choquer sont celles qui se prennent quotidiennement des insultes en pleine face, les autres n'en auront rien à faire ou au mieux iels feront des efforts une semaine avant d'oublier rapidement.

Mon second problème avec cette campagne c'est qu'elle laisse entendre que s'il y a des suicides de gays, lesbiennes, bi-e-s ou trans c'est uniquement à cause des insultes homophobes, lesbophobes, biphobes et transphobes.
C'est pour le moins réducteur.
Je pense que les insultes ont une résponsabilité dans les suicides de gays, lesbiennes, bi-e-s et trans mais ce n'est pas la seule chose à prendre en compte.
Pour faire de la prévention suicide Je pense qu'il est important de tenir compte de tout ce qui peut y conduire.
L'isolement, la précarité, des violences plus insidieuses que les insultes et venant parfois de l'état et d'autres choses sont à prendre en compte.
Rien qu'un exemple qui montre que cette campagne est selon moi un échec politique : les discours de la manif pour tous n'ont pas eu besoin d'employer des insultes homophobes pour être insultants et destructeurs. Pendant des mois nous avons lutté contre cette manif dite pour tous, expliquant qu'il n'y avait pas besoin d'insulter les homos de gouines ou pédés pour être homophobe et là j'ai l'impression d'un retour en arrière.
En résumant les causes des suicides de gays, lesbiennes, bi-e-s et trans aux insultes on résume l'homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie à ces mêmes insultes.

Troisième chose, cette campagne ne semble pas prendre en compte le fait que certain-e-s gays et lesbiennes se réapproprient ces insultes pour en faire une chose positive.
Le risque de cette campagne est de voir des gouines et des pds (qui se revendiquent comme tel-le-s) présenté-e-s par certain-e-s comme résponsables du fort taux de suicide dans nos communautés alors que justement cette réappropriations de termes à pour but de leur retirer en partie leur pouvoir insultant. 
On peut évidemment critiquer le fait que certain-e-s hétér@s vont considérer que si on emploie ces mots entre-nous, pour nous désigner personnelement, iels sont libres de faire de même et de les utiliser contre nous. Mais ici encore ce sont ces hétér@s qui sont critiquables plus que nos pédés et nos gouines.

Quand on voit que celleux chez qui le taux de tentatives de suicides dans notre "communauté" est le plus élevé sont les bi-e-s et les trans ça peut être assez rageant de voir que les premiers (et seuls?) visuels que l'inter-LGBT a produit concerne les gays et les lesbiennes en même temps vu ce que donne cette campagne est-il souhaitable de voir la même chose décliné au bi-e-s et aux trans?
Je préfèrerais voir une campagne de prévention suicide qui prenne en compte les diverses causes des suicides dans nos communautés et qui montre bien qui en sont les premier-e-s victimes.

Koala