Vous les avez certainement vu à la télé, entendu à la radio, ou lu dans les journeaux.
A chaque fois qu'il faut débattre de sujets de société on nous les sort et on les voit partout. Et ça importe peu qu'ils ne maîtrisent aucunement le sujet sur lequel ils vont s'exprimer, ils sont invités pour faire le show, car à défaut d'une réflexion politique critique ils ont le sens de la formule qui claque et c'est ce que veulent les médias.

Ces penseurs médiatiques sont interchangeables, presque exclusivement des mecs, blancs, friqués et souvent leurs oppositions font d'avantage penser à des postures, à un jeu théâtral, qu'à de réels désaccords.
D'un côté le mec de gauche cynique et de l'autre le mec de droite cynique (note : ici j'emploie la définition contemporaine de cynique c'est à dire « Traiter les gens avec mépris, comme s'ils vallaient moins que l'ombre d'une merde de chien. » une définition qui va de pair avec l'individualisme d'une société libérale et qui est en contradiction avec le cynisme comme philosophie libertaire mise en pratique par Diogène). Ces penseurs médiatiques fréquentent les mêmes lieux, les mêmes personnes et à force de se retrouver à la télé, à la radio, dans les journeaux on voit une certaine connivence entre eux.
Un des meilleurs exemple de cette connivence et de cette opposition de théâtre c'est peut-être le tandem Zemmour et Naulleau, la connivence entre les deux est visibles, leur amitié aussi.

Et comme je parle de Zemmour parlons justement des réactions suite à son renvoi d'ITV. (Je vais reprendre en partie ce que j'ai pu écrire ailleurs)
En tant que tel je me fous du renvoi de Zemmour d'ITV.
Déjà on a un tas de gens pour ânonner "liberté d'expression", "censure" et défendre Zemmour. Ceux qu'on entend le plus sont ces penseurs médiatiques (car justement ils ont accès aux médias) et parmi eux on a des gens qui, dans le jeu théâtral médiatique, ont le rôle du type cynique de gauche.
Le problême c'est qu'o
n a arrêté de faire attention aux idées et à comment elles sont relayées pour se focaliser sur des personnes. Comme j'ai essayé de le dire dans "Combattre le fascisme et le conspirationnisme ne se résume pas à combattre la droite" on peut voir certain-e-s applaudir ou huer la même idée en fonction de cellui qui l'expose.
Avec cette dépolitisation
le renvoi de Zemmour devient un problème de personne plutôt que d'idées.
On a le droit à des conneries comme "on a demandé sa tête" ou "il dérange ça prouve qu'il a pas tort".
Le fait que les idées de Zemmour soient portées par d'autres personnes qui ont le même accès aux médias n'est pas questionné.
Pas plus que le fait que Zemmour tient ce discours de haine depuis des années sans que ça n'ai jamais dérangé personne. Dans le théâtre médiatique le rôle de Zemmour est de pousser le curseur des idées fascistes toujours un peu plus loin, pour voir jusqu'où il est possible d'aller, mais il n'est rien de plus qu'un fusible. Si là il s'est grillé il sera aisé pour les médias de le remplacer. A
ujourd'hui les médias auront beau jeu d'arrêter de d'inviter quotidiennement Zemmour (ce qui reste à voir) ou de le renvoyer ce n'est pas pour autant qu'ils ne diffuseront plus les idées que défend Zemmour. Le renvoi de Zemmour c'est un peu comme le nouveau visage du FN, un jeu de dupe.
La défence de Zemmour par beaucoup de penseurs médiatiques est une réaction communautariste. 
Ce qu'ils défendent là c'est leurs intérêts de classe (en l'occurence ici une classe dominante, ce qui explique pourquoi ce communautarisme n'est pas condamné contrairement à celui des classes dominées). Selon moi ce n'est pas vraiment au renvoi de Zemmour qu'ils s'opposent mais plutôt à la possibilité pour celleux n'appartenant pas à leur classe d'avoir un poids dans le débat médiatique. Et cette actualité leur permet aussi de jouer leurs rôles dans ce théâtre médiatique, on revoit les mêmes gens prennant position sur le discours de Zemmour, sur son renvoi, débattant entre eux, chercher la phrase choc qui sera reprise dans les journeaux, bref le spectacle habituel.

Koala

Je vous conseille par ailleurs la lecture de Des débats vraiment faux ou faussement vrais sur LMSI.