Première chose : Je ne renie pas le texte que j'ai écrit il y a 2 ans (plus exactement deux ans et un jour) où je disais que je préfèrais utiliser le terme de transgenre. Même si j'ai un peu changé d'avis (logique en 2 ans et un jour).

Pourquoi j'ai changé d'avis?
Comme vous savez peut-être je suis membre d'une asso GLBT (qui sans moi ne serait que GLB - je plaisante à peine). Je ne m'y sens pas vraiment à ma place mais c'est un le seul espace où je peux avoir un minimum d'activité politique.
- Mauvaise excuse, hurle mon Jiminy Cricket de compagnie.
Après avoir tiré une balle entre les deux yeux de ma conscience je vous avoue qu'en effet ce n'est pas vraiment pour l'activité politique que je fréquente cette asso. C'est surtout que sans cette asso je passerais encore plus de temps toute seule chez moi à cultiver ma haine de l'humanité dans sa globalité.
Bref, je suis membre d'une asso GLBT.
Avec cette asso j'ai rencontré une transsexuelle que je vais appeler Michelle. Il n'y avait pas qu'elle et moi lors de cette rencontre, un membre du CA de l'asso (un gay cis) était aussi présent.
Nous étions donc là tou-te-s les trois.
Michelle nous explique son parcours. Elle n'est pas passée par la Sofect mais par un réseau de médecins plus cools que celleux de la Sofect (c'est pas difficile). Elle n'a pas d'appui financier et elle veut faire la vagino elle cherche donc à trouver un travail pour mettre un peu plus d'argent de côté et aller en Thaïlande ou sinon (en dernier recours) à être mise en contact avec la Sofect pour avoir une vagino prise en charge.
Pendant l'entretien elle parle d'elle en utilisant le terme de transsexuelle.
Chose que le gay cis de l'asso ne laisse pas passer. Il intervient pour demander si elle est soumise à la Sofect (non), si elle pense être malade mentale (non), mais du coup pourquoi elle utilise pas le terme transgenre! C'est transgenre qu'il faut dire!!! POURQUOI ELLE DIT PAS TRANSGENRE???
J'exagère un peu sur la réaction du gay cis mais vous comprendrez l'idée. Au final de la demande et du récit de Michelle il n'avait retenu qu'une seule chose, elle ne disait pas transgenre mais transsexuelle!

Off with their heads

Off with their heads

On va dire que c'est le moment où ça a fait tilt chez moi même s'il y a eu d'autres éléments qui m'ont fait revenir sur cette idée qu'il vallait mieux parler de transgenre plutôt que de transsexuel-le-s.
Le fait que dans la plupart des textes de l'asso il n'est fait mention que des transgenres.
Ou ce transgenre qui m'a expliqué que quand même nous autres trans on est un peu atteint-e-s d'un trouble psychiatrique proche du délire (comme quoi le discours de la Sofect ne se retrouve pas que chez celleux qui se disent transsexuel-le-s).
Ces queers qui utilisent la notion de transgenre pour dire : « Hey moi aussi je suis un peu trans car je ne suis pas les normes de mon genre, je performe tu vois! Au fait t'as lu Butler? ».
Ces féministes transphobes qui utilisent la notion de transgenre pour dire : « Hey moi je suis pas cis, je ne suis pas les normes de mon genre, arrête de m'insulter! Au fait t'as lu Raymond? ».

Alors on peut critiquer le terme "transsexuel-le", oui ce terme est lié à la vision psychiatrique de la transidentité. Et alors?
C'est aussi le cas quand on parle d'homosexuel-le-s. Jusqu'en 1973 l'homosexualité était un terme désignant un maladie psychiatrique et cela n'empêche pas aujourd'hui d'utiliser ce terme pour parler des lesbiennes et gays. On ne va pas dire à quelqu'un-e qui se revendique homosexuel-le qu'iel a interiorisé le discours homophobe des psychiatres d'avant 1973!
De plus on parle parfois de se réapproprier certains termes (comme pédé ou gouine) alors pourquoi ne pas nous réapproprier le terme "transsexuel-le"?
Envoyer chier les divers Chiland et Cordier (psychiatres transphobes expert-e-s auto-proclamé-e-s), les envoyer à la benne avec leurs définition de ce qu'est (ou n'est pas) un-e "vrai-e" transsexuel-le pour faire valoir notre droit à l'autodétermination.
Surtout que, comme je l'ai dit sur twitter, le sexe est aussi une norme sociale. Ca peut sembler bizarre mais quand, à la naissance, un médecin déclare que nous sommes filles ou garçons (enfin parfois c'est affirmé avant la naissance) il le fait en s'appuyant sur des normes dictant ce qu'est un sexe "de garçon" ou "de fille".

A quoi ça nous sert de s'entre-déchirer comme ça?
Faut quand même tenir compte du fait que non seulement nous sommes assez isolé-e-s mais qu'en plus on en prend plein la gueule.
Nous sommes en première ligne des croisades patriarcales et nous n'avons que peu d'allié-e-s.
Il n'y a pas de communauté trans au sens strict (pas de solidarité communautaire) et nous n'avons aucune visibilité politique (ou si peu).
Et au lieu de construire un rapport de force pour faire changer les choses on se tape les un-e-s sur les autres au sujet POUR UN PURIN DE SUFFIXE!!!
Ca me gonfle. On est un des groupes social les plus précaires, avec un des plus fort taux de suicides et on se crêpe le chignon sur de la terminologie!

Suis-je transsexuelle?
Je ne sais pas. J'ai encore du mal avec ce terme. Mais j'ai fini par ne plus supporter celui de transgenre. Je me défini donc comme une meuf trans avec tout les défauts que ça peut avoir.
Koala