Il n'y a qu'à lire certains commentaires sur des articles de Yagg pour comprendre que les trans ne sont pas les bienvenu-e-s dans les lesbiennes et gays pride. Pardon, on parle d'avantage de marche des fiertés maintenant. Sauf que le nom déposé comme une marque qu'on revoit à chaque marche n'est pas LGBTP, pas LGBP ou MarcheDesFiertés mais bel et bien LGP, c'est à dire Lesbienne & Gay Pride. Les choses sont claires ni les bi-e-s ni les trans n'y ont leur place.
Toutes les justifications sont bonnes pour nous exclure des LGP :
Ahriman - un gay cis : Trans n’est pas une orientation sexuelle.
Mr Toucan - gay cis : Je ne comprend pas non plus pourquoi la transidentité a été à tord associée à l’homosexualité alors que ces deux sujets n’ont aucun rapport. Le résultat de ce regroupement est l’invisibilité totale des revendications des personnes trans dans la gay pride. C’est pour cela qu’une autre marche, totalement dédiée à la transidentité, a été créé : l’Existrans.
La « Gay Pride » (« Fierté Homosexuelle ») est devenue une « Marche des fiertés » en incluant des sujets autre que l’homosexualité. Je pense que sur papier l’idée était bonne mais concrètement cela rend la manifestation encore plus floue et n’aide pas à clarifier la différence entre homo, trans et prostitué.
Ahriman (répondant à Mr Toucan) : exactement, cette amalgame entre Trans et Gays n’a que pour seul résultat d’invisibilisé les Trans et leurs problématiques, il y a une mainmise des Gays sur les Trans, mais aussi les Lesbiennes et les Bis, au plus grand bénéfice des Gays, mais toujours au détriment des autres. Merci a vous de le souligner.
[Assez drôle, Ahriman reconnait qu'en tant que mecs cis les gays invisbilisent les trans mais aussi les lesbiennes et les bi-e-s et donc celon lui il faut donc virer les trans (ami-e-s bi-e-s et lesbiennes ça pue pour vous à gayland)]

Alors il me semble avoir assez souvent rappeler l'origine des prides sur ce blog mais je pense qu'on pourrait voir les choses autremant, d'un point( de vue qui explique les commentaires/dégueulis de gays cis sus-cités.
Pour moi (comme je l'ai déjà dit) l'origine des prides sont les émeutes déclanchées au Stonewall Inn le 28 juin 1969 par des trans, des putes, des sdf (et surtout noir-e-s et latin@s).
Mais je ne vous ai jamauis parlé de Craig Rodwell?
Craig Rodwell est un gay cis qui a appellé les journalistes lors des émeutes. Après les émeutes il sera l'un des fondateurs du Gay Liberation Front (GLF) puis de la Gay Activists Alliance (GAA), et initiateur de la gay pride en 1970.
Et je pense qu'en fait c'est là l'insecte dans la lampe à vide.
On peut considérer que les prides ne sont pas des commémorations des émeutes de Stonewall mais les commémoration de la récuppération de ces émeutes par un gay cis assimilationiste.
Rappelons qu'en 71 la GAA (à l'époque le groupe militant "gay" le plus imporatant - l'ancêtre d'HRC si vous préferez) a retiré tout ce qui consernait les trans et les travestis d'un projet de loi contre l'homophobie (suite à quoi Sylvia Rivera quittera la GAA).

Si on considère que la gay pride fête cela, cette récuppération des émeutes par des gays blancs alors ouais nous trans nous n'avons rien à y faire. Et vu les commentaires de la plupart des militant-e-s "GLBT" ou les actions de HRC on est bien dans cette vision des choses.
Oublié-e-s les trans, les travesti-e-s, les prostitué-e-s, les SDF (noir-e-s et latin@s pour la plupart) à l'origine des émeutes, les prides sont un truc de gays cis blancs plutôt friqués pour les droits de ces gays.

Alors devons-nous boycottet les lesbiennes et gays prides ?
Plus ça va plus je me dis que oui.
Devons-nous (trans) nous concentrer sur l'Existrans?
Pourquoi pas. Mais dans ce cas il serait bon que les gays cis (ainsi que des lesbiennes cis) arrêtent d'y venir pour porter LEURS revendications de gays (et lesbiennes) cis.
Sauf que je ne veux pas abandonner notre histoire aux gays cis.
A l'heure où un film Stonewall se prépare et dont le scénario semble être "un gay cis blanc arrive à New-York et est à l'origine des émeutes" je pebnse qu'il est plus qu'important de rappeler ce qui c'est réellement passé la nuit du 28 juin 1969, de rappeler quelles personnes prenaient des coups pendant que d'autres étaient bien planqué-e-s- pour appeler les journalistes avant de se montrer.
Si nous boycottons les LGP faisons à la place une marche en mémoire des émeutes de Stonewall, organisons-la le dernier week-end de juin et donnons en priorité la parole à celleux qui représente le plus l'ancienne clientelle du Stonewall Inn, c'est à dire les trans, les prostitué-e-s, les SDF, les QOC...

Koala