Il parait que je suis communautariste.
Que je suis une ignoble bobo gauchiste qui ne pratique pas le "militantisme positif".

Il n'est pas rare quand dans les discours réactionnaires on retrouve une dénonciation des "communautarismes" mais mais qu'est-ce que le communautarisme?
C'est quoi être communautariste?
D'après Wikipédia le communautarisme est "un terme socio-politique désignant les attitudes ou les aspirations de minorités visant à se différencier volontairement, pour s'entraider, voire pour se dissocier du reste de la société". 
On pourrait ajouter que l'accusation de communautarisme est devenue (au même titre que l'accusation de lobbyisme) un non-argument pour "gagner" un débat. Le "communautarisme" serait le mal et les "communautaristes" seraient des méchant-e-s. En effet les communautaristes se dissocie du reste de la société, de la sacro-sainte République "une et indivisible".

Au final les critiques du communautarisme sont souvent dépolitisée, elles reviennent à condamner la solidarité au sein de certaines communautés, sans tenir compte des rapports de domination et du fait que les minorités sont opprimées.

On peut entendre des discours selon lesquels certaines minorités détiendraient du pouvoir par leur communautarisme, ce qui est absurde.
Par exemple on va entendre parler d'un groupe gay puissant en tant que groupe communautariste (on retombe dans cette idée de groupe minoritaire puissant quand certain-e-s parlent de lobby gay, des bobos gays parisiens, des gays du Marais...) ce qui est du grand n'importe quoi.
Bien sûr certains gays disposent de positions de pouvoir, ont accès à certains réseaux (qu'ils partagent avec d'autres gays) mais il faut prendre en compte que s'ils disposent de ce pouvoir et de ces réseaux c'est parce que ces gays sont des dominants parmi les dominés (ils sont quasi exclusivement blancs, aisés, cis, valides...) et surtout car ces gays ont une visée assimilationniste. Ces gays privilégiés ne remettent pas vraiment en cause les rapports de domination, ils ne critiquent pas vraiment la société, ils ne cherchent pas à s'en dissossier mais au contraire à s'y fondre et à devenir des homos "normaux" (lire "comme les hétéros").

On peut aussi entendre un discours anti-communautariste visant à condamner la solidarité "bottom top" (par le bas).
Par exemple chez certain-e-s trans une condamnation de la solidarité avec les trans prostitué-e-s, avec les trans racisé-e-s, avec les trans sans-papiers... on va dire que les problèmes des trans opprimé-e-s selon plusieurs axes ne concernent pas la communauté trans, que c'est là du communautarisme stérile et qu'il faudrait se concentrer sur les problèmes des Trans™ (c'est à dire d'une "élite" trans, dominante parmi les dominé-e-s).
Il est vrai que cette solidarité "bottom top" correspond d'avantage à ce qu'est le communautarisme mais faut-il en avoir honte?
Faut-il avoir honte d'être communautariste si cela veut dire ne pas abandonner les moins privilégié-e-s sur le bord de la route?
Si c'est ça être communautariste alors oui, je peux le dire fièrement, Koala est communautariste.
Mais encore une fois évitons de dépolitiser l'affaire.
Nous sommes dans une société supremaCISte. Les cis possèdent les pouvoirs, les réseaux, pas les trans. Les cis votent les lois qui peuvent nous pourrir la vie ou nous l'améliorer, les cis peuvent ou non nous délivrer nos traitements hormonaux, les cis nous opèrent, les cis nous dictent les codes à suivre... là dedans que peuvent faire les trans?
Ecouter les autres, être parfois une épaule pour pleurer, conseiller des médecins cis qui accepteront d'accompagner un-e trans mais à part ça?
Les trans ne disposent pas vraiment de pouvoir politique, sont les cis qui en disposent et du coup ce sont les cis qui ont la possibilité de dissocier les trans du reste de la société.
Nous vivons dans une société qui est transphobe. Occulter cela revient à dire que la transphobie ne serait que le fait d'individus.

Les critiques du communautarisme jonglent souvent entre ses deux discours, il y aurait des communautés-lobbys tirant bénéfice du communautarisme mais il ne faut pas être communautaire "bottom top" car cela nuirait à La Cause.
Au final dans les deux cas on en reviens à une condamnation d'agissements (réels ou supposés) d'une minorité, de dominé-e-s mais aucune critique des privilégié-e-s et de la société.
Les critiques du communautarisme ne font à mes yeux que renforcer le communautarisme au sein d'une minorité de dominants, hommes, cis, hétéros, aisés, valides, blancs... celui qu'on ne critique jamais.

Oui, Koala est une communautariste. Une ignoble gauchiste avexc un passing de merde, comme tou-te-s les gauchistes. Une bobo bien pensante au militantisme négatif s'il vous sied.
Je préfère ça que militer pour une élite trans prête à laisser crever une part de la "communauté" si ça peut garantir son confort.
Smash the cis-tem.

 

Koala

Note : Ce que j'ai dit ici vaut pour d'autre communautés.