Note : Dans ce texte je vais surtout utiliser le terme bi-e car c'est celui qui parle au plus grand monde.
L'utilisation de ce terme es débattue. Certain-e-s préféreront utiliser le terme pansexuel-le et c'est cool.
J'aurais juste deux remarques.
Petitun ce n'est pas aux monosexuel-le-s (homos et hétéros) de déterminer quel(s) nom(s) utiliser, je pense qu'iels n'ont pas leur place dans ce débat.
Petideux si tu te définis bi-e c'est génial, si tu te définis pan c'est génial, si tu te définis autrement c'est génial. J'ai l'air bisounours mais je ne supporte pas quand celleux qui s'identifie comme bi-e-s et celleux qui s'identifie comme pans se tapent dessus. A mon avis personne n'y gagne à part le monosexisme.

 

Il était une fois...

Il était une fois un évènement GLBT quelconque. Je discutais avec un gay cis qui a fini par me demander :
- Tu es homo ou hétéro?
J'ai eu du mal à lui répondre.
J'aurais pu dire que je suis bie, bigouine, pan, ou alors dire que cela ne le regardait pas.
Mais non. Je n'ai pas su répondre simplement.
Alors j'ai expliqué. J'ai dit que j'étais principalement attirée par les femmes (qu'elles soient cis, trans, butchs, fems...) mais qu'il m'arrivait d'être attirée par des hommes.
Et il m'a alors dit quelque chose comme :
- Te prends pas la tête, si tu es en couple avec une femme tu es homo et si tu es en couple avec un homme tu es hétéro.
Et je n'ai pas répondu à cela, j'ai changé de sujet.

Ce qui est problématique ici?
La biphobie et le monosexisme.

Chez mon interlocuteur qui considère qu'on est homo ou hétéro mais c'est tout. Les bi-e-s sont des dahu-e-s, iels n’existent pas.
Mais pour moi le plus problématique a été mon incapacité de répondre simplement "je suis bie". Il n'avait pas besoin de détail, pas besoin de connaître qui m'attire, ce que je fais, avec qui, avec quelle fréquence...
Je trouve cela plus problématique car cela touche à mon propre monosexisme, à ma propre biphobie. Comment pointer du doigt la biphobie de cet interlocuteur (ou d'autres personnes) si moi même je suis incapable d'aller au delà de ma propre biphobie et dire que je suis bie?
Et ça me fait chier d'avoir fermé ma gueule. Par mon silence j'ai accepté que ce gay invisibilise les bi-e-s.
Quelles sont les revendications bies?
Moi même je ne sais pas trop. Je dirais ne plus être invisibles. Et que l'on lutte véritablement contre la biphobie.
Il est intolérable d'entendre dire qu'au final nous ne vivons pas d'oppression particulière et que la biphobie n'existe pas.
Lisez ce texte de Steffich, ou parcourez le blog de Prose, renseignez-vous, écoutez les bi-e-s, lisez ce qu'on écrit et vous vous rendrez peut-être compte que la biphobie est une réalité et que nous ne sommes pas "simplement" victimes d'homophobie quand nous sont en couple avec une personne de même genre (quand on trouve ce discours chez des président-e-s d'asso GLBT on se rend compte qu'il y a du travail).

Pour lutter contre cette invisibilité et contre le monosexisme une seule solution : Bi-e-s visibles (attention, je n'ordonne à personne de sortir du placard, le coming out c'est quand on veut, quand on peut et comme on veut).

 

Koala


Mon correcteur orthographique ne connaissait ni "bi-e-s" ni "biphobie" (encore moins monosexisme).