Voilà des mots que vous avez sûrement entendus récemment  Et bien désolée de vous le dire mais ces termes ne sont que de la foutaise dont le seul but est de faire croire à un inversement de rapport de domination.

Nous sommes dans une société de dominations et de privilèges, dans cette société être blanc-he-s, bourgeois-es, cis, (etc) sont des positions de privilégié-e-s, des positions de conforts (relatif). Pour beaucoup ici je ne fais que rappeler une évidence... enfin pour certain-e-s c'est un rappel, pour d'autres hélas il s'agit là d'une fiction, on va nous dire qu'il n'existe pas vraiment de discriminations envers les minorités, qu'il s'agit là de positions victimaires et que de toute façon quand les minorités se prennent des coups dans la gueule c'est qu'elles l'ont peut-être un peu cherché -ces minorités- à être un peu trop visibles dans la société.
Une société blanche.
Une société hétéro.
Une société cisgenre (et binaire).
Une société masculine.
...
Une société qui pue du cul tant elle fait passer pour normaux des rapports de domination et le fait qu'une minorité de la population (les hommes bourgeois blancs hétéro cisgenres) dispose de la majorité du capital et du pouvoir qui va avec.

Les minorités ont des mots pour dénoncer les discriminations qu'elles vivent, racisme, homophobie, transphobie, sexisme (etc) et bien sûr cela ne plait pas aux dominant-e-s.
Certain-e-s dominant-e-s vont nier le problème à différents degrés : "Oui mais non mais là c'est pas vraiment ça en fait, laisse moi te splainer un peu, moi qui suis dominant-e sur la question et n'ai jamais vécu cette domination".
D'autres rejeter la faute sur d'autres : "Alors bon, peut-être qu'il y a un problème mais regarde le comportement de telle groupe est quand même plus problématique que notre comportement".
D'autres encore accuseront les accusateurs et accusatrices d'en rajouter : "Non mais tu exagères, de toute façon c'est toujours pareil avec les gens comme toi, toujours à vous poser en victimes".
Puis il y a aussi celles et ceux qui vont dire que c'est surtout la matière de le dire qui ne le fait pas : "Ouais bon, t'as peut-être raison dans le fond mais pas sur la forme, tu peux pas le dire comme ça. Et si a la rigueur tu ne pouvais pas le dire du tout ça m'arrangerait".
Et enfin il y a celles et ceux qui vont (essayer de) renverser la charge et vont parler de racisme anti-blanc, d'hétérophobie, de racisme anti-riches, de misandrie et autres foutaises en fa dièse. Ceux et celles dont je vais parler ici.

Une chose "intéressante" est de voir que ce renversement va venir de personnes niant en partie les discriminations vécues par certaines minorités et critiquées pour avoir eu des discours ou des actes racistes, homophobes, transphobes, sexistes, etc.
C'est Christian Vanneste, connu pour ses prises de positions homophobes qui va nous parler de l'hétérophobie des homos.
C'est Jean-François Copé, aux propos islamophobes (vous vous souvenez les voyous musulmans voleurs de chocolatine) qui sort l'histoire de racisme anti-blanc.
Ce sont les masculinistes qui parlent de misandrie et qui aiment souvent rapporter le sexisme aux oppressions qu'ils vivraient.
Si j'ai tellement la haine envers ces mots c'est parce que cela vient de dominant-e-s qui veulent supprimer toute possibilité de critiques de la part des minorités. En fait c'est de la novlangue. Chercher à empêcher les critiques en détournant le sens des mots (et des idées qui y sont liées) permettent la critique.
Mais là où je trouve ça tout simplement indécent c'est que non content de nier les discriminations avec ces termes les dominant-e-s essaient de faire croire qu'ils et elles sont autant victimes de discriminations que les minorités sur lesquelles ils et elles s'essuie les pieds et crachent allègrement.

Cathophobie?
Combien de responsables politiques ont stigmatisé les catholiques, pourquoi pas en parlant de voyous qui arrachent des croissants au beurre sous prétexte qu'on ne mange pas gras lors du carême?
Combien veulent dévoiler les musulmanes mais n'ont que faire des voiles portés par les religieuses catholiques?
Et quand on interdit des manifs de musulman-e-s de manifester car il y aurait peut-être des intégristes dans le cortège mais qu'à côté on permet les manifestations de groupes comme Civitas (100% catholique intégriste).
Combien d'églises catholiques dans votre ville?
Et sauriez-vous me dire où se trouve des lieux de cultes d'autres religions dans votre ville?

Racisme anti-blanc-he-s?
Combien de fois par semaine êtes vous contrôlé-e-s par les flics?
Combien de fois par jour vous demande-t-on de quelle origine vous êtes (car bon vous êtes pas du bon blanc pour un-e français-e de France)?
Combien de blague sur votre blancheur de peau?
Et sachant qu'à compétences égales on embauche plus souvent un-e blanc-he vous osez toujours parler de racisme anti-blanc?
Vraiment?
MsDreydFul
 a écrit un texte sur les privilèges blanc, lisez-le, il faudrait penser à regarder nos provilèges blancs avant de dire n'importe quoi et parler de racisme anti-blancs.

Hétérophobie?
On vous regarde de travers quand vous marchez main dans le main avec la personne que vous aimez?
On vous tabasse quand vous marchez main dans la main avec la personne que vous aimez?
On vous insulte à cause de vos préférences sexuelles?
Il me semble avoir plus souvent entendu enculé, pd, gouine, brouteuse, travelo, folle (etc...) employés comme insultes que "hétéro qui baise en missionnaire" (mais bon, je vis peut-être dans une réalité alternée où des gens manifestent contre les droits des lesbiennes, gays, bi-e-s et trans).
Certain-e-s vont peut-être me parler de ces pauvres hétéros qui ne peuvent entrer dans les bars gays (l'exemple qu'on nous sort à chaque fois pour nous montrer à quel point les pauvres petit-e-s hétéros sont discriminé-e-s). S'il existe des bars LGBT (et friendly) c'est parce que les autres bars sont considérés par défaut comme étant hétéros cisgenres, ce sont des bars où on doit s'attendre à certains regards inamicaux, certaines insultes, voire des violence quand on est homos (ou trans).

La misandrie?
Faut-il que je rappelle ici les inégalité hommes femmes?
Que je parle viol et culture du viol?
Que je parle inégalités salariales?
Peut-être que je vous fasse un b.a-ba de pourquoi le féminisme est nécessaire et que je vous mette le nez dans les privilèges masculins?

Et pourquoi pas la cisphobie?
Heureusement (?) les questions trans ne sont pas assez visibles pour que des gens sachent ce que signifie être cis et nous crée un néologisme du style (enfin j'ai quand même eu deux ou trios personnes arrivé-e-s sur ce blog en cherchant cisphobie sur google).
Il suffit de voir les privilèges cis pour se rendre contre encore une fois que c'est une absurdité.

En fait il suffit de prendre conscience de nos privilèges (ou plutôt du fait que nous sommes privilégié-e-s car je pense qu'on est incapable de prendre conscience de l'étendue des privilège d'une domination dont nous ne sommes pas victimes) pour voir que ces mots sont des non-sens. Alors pourquoi les employer?
Car certain-e-s ont envie que les choses restent ainsi et ont donc tout intérêt à faire croire que les dominant-e-s ne sont pas vraiment privilégié-e-s. Nier le fait que l'égalité des chances est une fiction car quand on est mec, blanc, hétéro, cisgenre et de famille bourgeoise on partira avec plusieurs longueurs d'avance.

Bien sûr il arrive que des membres de minorités fassent preuve de violence envers des dominant-e-s et parce qu'ils ou elles sont dominant-e-s mais il faut arrêter de présenter ça comme une sorte de rejet des dominant-e-s. Il s'agit en fait de réactions liées au fait d'être dans une société raciste, sexiste, homophobe, transphobe...
Il ne faut pas s'étonner qu'à force de piétiner les minorités, de nous dire que nous ne sommes rien, certain-e-s en aient ras le bol.
Si le racisme anti-blanc c'est en avoir ras le bol des privilèges blancs je comprends que certain-e-s le soient.
Si l'hétérophobie c'est ne plus supporter les privilèges hétéros alors je suis hétérophobe.
Si c'est être misandre de pointer du doigt les privilèges masculins et le fait que les femmes sont les principales victimes du patriarcat alors vous pouvez ajouter ça à la liste de mes défauts.
Si c'est de la cathophobie que de critiquer la catholaïcité de la France alors je crois que oui, je suis cathophobe.
Si la cisphobie que de ne pas accepter le cis-sexisme alors ouais, je suis 100% cisphobe.
Si c'est ne pas accepter la domination d'une minorité de mecs, blancs, hétéros, cisgenres et bourgeois alors je suis tout ça et bien plus encore et je le serait tant que cela sera nécessaire.

Koala

PS : Et pas la peine de venir pleurer que vous vous n'êtes pas comme ça ouin-ouin et que je suis trop une féminazi violente et hystérique d'abord. Si vous vous sentez le besoin de venir dire que vous êtes un-e gentil-le dominant-e et que vous n'êtes pas comme ceci ou comme cela alors vous faites parti de la solution mais plutôt du problème.