Les groupuscules d'extrême droite se sentent pousser des ailes. On nous tabasse, on nous insulte, on essaie de nous faire comprendre que l'espace public ne nous appartient pas.
Aux placards les pédés.
Aux placards les gouines.
Aux placards les bi-e-s.
Aux placards les trans.
On nous tolère si on reste caché, on nous tolère si on a honte, on nous tolère si on se cache, on nous tolère si on reste des sous-citoyens, on nous tolère si on est stériles.
Car c'est ça leur but, nous stériliser.
Nous empêcher d'avoir des enfants et si on en a ça doit se faire dans une quasi illégalité, dans l'ombre. Que nos enfants soient considéré-e-s comme des petit-e-s criminel-le-s avec moins de droits que les enfants d'hétéros.
On prétend que nos enfants seront déviant-e-s. Ce sont des conneries, nos enfants ne seront ni pires ni meilleurs que les enfants de cis-hétéros, nous ne seront ni meilleurs ni pires parents que les hétéros cisgenres. Comme leurs enfants nos enfants pourront être lesbiennes, gays, bi-e-s ou trans, la seule différence c'est qu'avec nous ils et elles seront sûrement plus libre de l'être, il leur sera peut-être plus simple de sortir du placard et au moins nous ne les foutrons pas à la porte de nos foyers, nos enfants auront la liberté que d'autres n'ont pas.
Quand nous sommes visibles nous sommes contagieux et contagieuses et voilà la peur des homophobes.
Ils et elles veulent nous empêcher de vivre pour ne pas faire de "prosélytisme", car le seul modèle de vie qu'ils et elles défendent, le seul prosélytisme qu'elles et ils acceptent c'est celui qui est hétéro, qui est cisgenre, qui est patriarcal.
Ce matin sur France Inter j'ai entendu des lesbiennes et gays dirent qu'ils et elles avaient modifié leurs styles vestimentaires, qu'elles et ils allaient se cacher, les fascistes du cis-hétéro-patriarcat nous volent l'espace public, ils et elles nous volent la ville, elles et ils nous renvoient dans les placards.
On ne veut pas que nos identités deviennent normales, visibles et acceptées, pour empêcher les enfants queers d'avoir des modèles, les enfants gouines, pédés, bi-e-s, trans devraient grandir dans la honte de ce qu'il ressentent, grandir sans pouvoir se projeter.
Plus on veut nous rendre invisible, plus je veux être visible.
Notre visibilité est politique, nos opposant-e-s le savent. C'est pour ça qu'on nous insulte ou qu'on nous frappe quand nous sommes visibles, c'est pour ça qu'on essaie de nous mettre au placard mais c'est pour ça que nous devons résister, riposter. Car ils et elles veulent nous faire taire, car elles et ils veulent nous stériliser politiquement.

Koala, visible tant qu'il le faudra @(°o°)@