Épuisée
Je me noie
Je sombre
Il n'y a rien à faire
J'ai essayé de remonter
Il n'y a rien à faire
J'ai combattu
J'y ai mis toutes mes forces
Il n'y a rien à faire
Le courant est trop fort
Il me ramène vers le font
Des mains tendues vers moi
Je ne peux pas les atteindre
Je me débats
Je lutte
Et toujours plus je m'enfonce
Je me dis que je devrais abandonner
Sombrer.


Depuis de (trop) longs mois j'essaie de lutter contre la déprime qui semble gagner du terrain. Je mens à mes ami-e-s, je leur dis que je fais aller, que c'est qu'un petit passage à vide, que ça ira mieux demain, puis que j'ai prévu de me reprendre en main la semaine prochaine. Des mensonges pour ne pas les emmerder, pour qu'ils et elles veuillent passer du temps avec moi. Ne pas me retrouver seule.

Aujourd'hui mes proprios m'ont appelé, ils voulaient me voir. Je vous la fait courte des voisin·e·s sont aller se plaindre au syndic que je faisais trop de bruit. Des fêtes qui dureraient jusqu'à 7h du matin (?), mon réveil qui resterait allumé des week-ends entiers (??). Résultat je suis KO.

« Je voudrais descendre et m'en aller
Ne plus cracher sur les pavés
Je voudrais ne plus revoir ma chambre
Ne plus me taper des paumés
Je voudrais juste
Qu'on soit plus tendres
Ne plus entendre
Pleurer les justes »
Du groupe : Feuillet & Les Patrons-Minettes - Dans ma rue

Rien d'autre à dire ce soir et je risque de me mettre en pause quelques temps.

Koala @(;q;)@