Bon alors je ne voulais pas trop parler de "l'affaire Subway" pour plusieurs raisons mais les choses font que je me vois mal comment, au final, ne pas le faire.

Alors vous en avez sûrement entendu parlé sinon je vais faire un petit rappel (vous allez voir c'est pas long).
Pour la Saint Valentin (la fêtes des fleuristes, des bijoutier-e-s, des restaurateurs et restauratrices et accessoirement des amoureux et amoureuses) le manager d'un Subway angevin (celui de Saint Serge) a organisé une promotion discriminante envers les couples homosexuels.

538356_10200627025096449_308042727_n

Pourquoi moi, qui suis d'Angers, n'ait rien écrit à ce sujet?
D'abord car Subway a (en partie) pris ses responsabilités en renvoyant le patron de ce Subway.
Ensuite car une plainte sera sûrement déposé contre ce patron (infraction des articles 225-1 et 225-2 du code pénal), ce qui est normal bien que critiquable (j'y reviendrais).
Enfin car les employé-e-s de ce Subway se retrouvent sans emploi à cause de leur patron et j'avoue que ça me laisse comme un arrière goût de lasagnes au cheval dans la bouche. La responsabilité de Subway c'est aussi de s'arranger pour que de simples employé-e-s ne se retrouvent pas puni-e-s pour l'homophobie de leur patron.
Bref l'affaire se tassait et je ne voyais pas l'utilité de remuer le couteau dans la plaie.
Du coup pourquoi en parler aujourd'hui?

Car aujourd'hui, à 18h, aura lieu un rassemblement homophobe (organisé par des membres de Génération Identitaire, un groupuscule fasciste participant aux manifs dites pour tous) pour soutenir le patron de ce Subway.
Au nom de quoi vont-ils soutenir ce patron?
Mais la liberté d'expression pardi. Cette liberté d'expression homophobe qui permet à Civitas de prier dans la rue pour s'opposer aux droits des personnes LGBT, cette liberté d'expression homophobe qui autorise les manifestations de Barjot et compagnie, cette liberté d'expression homophobe qui donne le droit de dire que l'homosexualité est une menace pour la survie de l’humanité (Christian Vanneste).

Et là je vais en revenir au point "Pourquoi Koala est-elle dubitative quand au fait de porter plainte".
D'une certaine façon je trouve normal de porter plainte. Nous ne pouvons pas nous laisser piétiner une fois de plus et fermer nos gueules. Alors pourquoi je suis un peu critique?
Car au final ce que dit ce patron c'est ce que disent les opposants au projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels, c'est à dire que les couples homosexuels valent moins que les couples hétéros. Le patron de ce Subway est coupable mais il ne faudrait pas oublier ses complices, le gouvernement socialiste qui n'a jamais condamné l'homophobie des opposants au projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux personnes de même sexe (surtout quand ces propos venait de figures du PS) et tous ces gens qui ne sont pas homophobes mais qui vont nous dire quotidiennement que les homos valent moins que les hétéros, allant jusqu'à considérer l'homosexualité comme un crime (dans leurs rapprochements avec la pédophilie et la zoophilie par exemple).

Je suis fatiguée.
On nous piétine quotidiennement depuis plusieurs mois et ça semble normal. Au final à part les militant-e-s LGBT et féministes peu de gens trouvent quelque chose à redire à ces insultes. Je ne fais pas confiance en la justice, je n'oublie pas que les lois sont d'abord faites par et pour les dominant-e-s (la preuve avec l'annulation de la condamnation de Vanneste en Cour de Cassation). Le patron du Subway sera surement puni pour sa promotion discriminante à l'encontre des couples homosexuels mais les Vanneste, Copé, Boutin et autres continueront à nous insulter sans être inquiété-e-s le moins du monde.
Et le fait que la préfecture de police autorise aujourd'hui un rassemblement incitant à la haine et à la discrimination des homosexuel-le-s c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.
Il est temps de nous réapproprier la violence, il est temps de réagir à la violence par la violence, de répondre aux coups par les coups.
Après tout, c'est un beau jour pour mourir.

Koala