Il y a peu je discutais avec des gens que j'apprécie. Je me suis rendu compte qu'il y avait plein de choses sur lesquelles on n'était pas vraiment d'accord mais ce soir-là je n'avais vraiment pas envie de me prendre la tête. Puis je ne sais plus comment nous en sommes arrivé-e-s à parler queers.
Un FtM qui était là a tout de suite dit que les queers étaient "graves". Pourquoi ?
À cause d'une queer qui lui avait expliqué qu'être queer c'était chercher à aller au-delà des normes, et que du coup elle-même n'était attirée que par des queers, des butchs, ou des trans, rejetant le reste car n'étant pas assez subversif.
Voilà quelle image ce FtM avait gardée des queers, des personnes rejettant les individus jugés trop normaux et dont le but serait d'être les plus marginales possibles (alors on peut critiquer le fait qu'il ait arrêté son jugement sur une rencontre mais ce n'est pas ce dont je veux parler ici).
Sur le chemin je me suis donc questionnée.
Qu'est-ce que je sais vraiment des queers ?
C'est quoi être queer (selon moi, l'idée ici n'étant pas de délivrer des permis de queer) ?
Et surtout, suis-je vraiment queer ?

C'est en arrivant sur Twitter que j'ai commencé à m'intéresser aux queers. Avant je ne connaissais rien des queers, enfin j'en avais un petit peu entendu parler, ici ou là, mais c'était très vague.
En arrivant sur Twitter j'ai rencontré des personnes se reconnaissant comme queers. Ces personnes étaient sympathiques et m'ont donné envie de comprendre ce qu'il y avait derrière ce mot. Alors j'ai fouillé un peu mais pour vous dire la vérité je n'ai pas trouvé d'utilité à cette recherche.
En fait j'ai vite eu l'impression que le queer avait plusieurs visages. On ne peut pas vraiment dire qu'il y ait un mouvement queer mais plutôt des mouvements queers.
Ce que j'ai compris des mouvement queers c'est qu'ils sont liés à un féminisme dit pro-sexe ou sexe-positif. Enfin je devrais peut-être dire que les mouvements queers sont liés à des féminismes dits pro-sexe ou sexe-positifs.
Alors les termes "pro sexe" ou "sexe positifs" posent problème car ils sous-entendent que d'autres féminismes seraient "anti-sexe" ou "sexe-négatifs" et je ne suis pas d'accord avec cette vision des choses. Même si je trouve certains féminismes excessivement moralisateurs quand il est question de sexe, je ne pense pas qu'on puisse parler d'attitude anti-sexe, ce serait condamner leur vision du sexe alors que ce que je critique c'est leurs discours moralisateurs. Mais comme je ne trouve pas d'autre terme pour en parler alors j'utilise ses termes de pro-sexe et sexe-positif.
Ensuite, si je préfère parler de féminismes pro-sexe et sexe-positifs au pluriel c'est parce qu'il existe plusieurs façons d'être pro-sexe. Il suffit de lire cet article sur les deux sens du mot "pro-sexe" et sur la liberté de ne pas être sexuel·le pour s'en rendre compte (et on pourrait trouver d'autres différences entre les diverses formes de féminismes dits "pro-sexe").

Alors selon moi, qu'est-ce qu'être queer ?
Ou plutôt quelle est ma vision du queer, qu'est-ce que le queer de Koala ?
Alors je rappelle ici que ce n'est que mon avis, ma vision du queer, et en aucun cas je ne souhaite l'imposer. Je n'irais pas dire à une personne qui ne se reconnaît pas dans ma vision du queer qu'elle n'est pas queer, de même que je n'irais pas dire à un individu qui ne se reconnaît pas dans ma vision du féminisme qu'il n'est pas féministe.
J'ai souvent eu du mal à trouver ma place au sein de milieux militants et pas seulement parce que je suis trans (même si cela a un peu joué). Quand je suis arrivée sur Twitter et que j'ai eu un aperçu de ce que c'était qu'être queer, j'ai été séduite par l'impression que j'avais d'un mouvement inclusif (même si au final ce n'est pas forcement le cas), une impression qui a été renforcée lors de la manifestation du 16 décembre à Paris.
Pour moi être queer c'est accepter l'autre quelle que soit son orientation a-sexuelle, son orientation a-romantique, quelles que soient ses pratiques a-sexuelles (tant qu'il s'agit de pratiques entre adultes consentant-e-s, bien sûr) et quelle que soit son identité de genre. Je pense qu'il est aussi important de dire que mon queer s'oppose à toute forme de discrimination, pas seulement celles liées au genre ou à la sexualité.
Mon queer n'est pas un concours à qui sera le ou la plus hors normes.
Ma vision du queer accepte les hétéros cisgenres monogames vanilles (etc) à partir du moment où ils acceptent celles et ceux qui ne leur ressemblent pas. Pour être plus claire, ma vision du queer accepte que des personnes puissent se sentir bien en étant dans les normes, mais pas qu'on impose ces normes à d'autres personnes.
Du coup chercher à imposer des normes de subversion (créer des normes hors des normes) ne correspond pas à mon queer.

Alors suis-je queer ?
Oui. Et même si ma définition de ce qu'est être queer ne vous convient pas, je suis et resterai queer.

Koala @(^o^)@

Note : Être vanille ou avoir une sexualité vanille, contraire d'être chocolat (kinky) ou avoir une sexualité chocolat (kinky). Une sexualité vanille est aussi dite conventionnelle, sans BDSM ou fétichisme (par exemple).