Comme vous le savez peut-être il y a une manifestation pour l'égalité des droits le 16 décembre.

Dès l'annonce de l'évènement des messages ont commencé à apparaître pour dire comment s'habiller. Il faudrait donner une belle image toute lisse d'individus tout ce qu'il y a de plus hétéro-normés.

Un défenseur du "tenue correcte exigée" : « Que vous ayez des sexualités et des styles personnels et originaux vous en avez bien sûr le droit mais vous ne pouvez pas nier que les médias reprendront forcément, comme au moment des Gayprides parisiennes, les images des trans etc et que ça apportera forcément de l'eau au moulin des antis. »
Ainsi, les trans apportent de l'eau au moulin des antis ?
Faudrait-il cacher ce T que certain-e-s ne veulent pas voir ?
Nous avons essayé de lui faire comprendre ce qu'il y avait de transphobe dans ces propos (car oui je n'étais pas la seule que cela avait énervé) mais rien n'y faisait. Il s'est défendu d'un "je ne suis pas transphobe" (mais bon il aimerait que les trans ne soient pas visibles, ou en tout cas pas trop).
Puis le débat à repris sans qu'aucun-e défenseur ou défenderesse du dress code ne dénonce les propos sus-cités (on a même eu le droit à quelque chose du style "arrêtez de parler de -phobie pour un oui pour non").

J'ai essayé de critiquer cette volonté d'hétéro-normalisation des LGBT, d'en discuter sans trop m'énerver, j'ai espéré mais quand on m'a insultée d'hétérophobe j'ai compris qu'au final ce serait impossible.

Hétérophobe ? :

Qu'est-ce que l'hétérophobie ?
A mes yeux c'est un peu comme le racisme anti-blanc, la misandrie des féministes ou autres joyeusetés du même type. C'est une fiction dont le but et de faire passer celles et ceux qu'on stigmatisent et discriminent comme en partie responsables de cette discrimination.

Pourquoi c'est stupide de parler d'hétérophobie ?
Pour plusieurs raisons.
D'abord je ne critique pas les hétérosexuel-le-s. Je ne viens pas dire ni même sous-entendre que leur sexualité les rends inférieur-e-s aux homosexuel-le-s et qu'il est normal de les discriminer.
Ce que je critique c'est un modèle de société hétéro-sexiste  Vous savez ce modèle dans lequel les LGBT ne sont pas vraiment accepté-e-s, surtout quand on est trop voyant-e-s, bruyant-e-s, gênant-e-s. Vous savez ce modèle qui rejettent ceux qui ne sont pas normaux et celles qui ne sont pas normales. Vous savez ce modèle qui est en partie responsable des meurtres et suicides de personnes LGBT.
Non, je ne vais pas trop loin, je dis ce qui est. Dès lors que l'on sort des normes il faut s'attendre à être montré-e du doigt, insulté-e, constamment critiqué-e, agressé-e (parfois tué-e). Des choses que certain-e-s ne supportent pas aux point de mettre fin à leurs jours.
Alors que certain-e-s veulent se rapprocher de cette normalité, essayer de s'y fondre au point de devenir invisibles, cela ne me pose aucun problème. Par contre quand une population marginalisée rejette ses propres marginaux et marginales là je ne peux pas accepter. Quand vous rejetez les LGBT qui ne correspondent pas à l'image que vous aimeriez donner vous agissez comme ces opposants de l'égalité des droits qui vous rejettent car, à leur yeux, vous n'êtes pas normaux.

Faut-il que je vous sortes le nombre de personnes LGBT qui meurent chaque année à cause d'homophobie ou de transphobie ?
Quand vous parlez d'hétérophobie vous chiez sur ces mort-e-s. Vous considérez vraiment qu'être hétéro (et cisgenre) c'est trop dur dans cette société faites par et pour des hétéros (cisgenres) ?
Et n'allez pas me verser des cis-hétéros-tears ou je vais vraiment me fâcher !
Le jour où des hétéros (cisgenres) devront annoncer à leurs familles, leurs ami-e-s, leur entourage qu'ils et elles sont attiré-e-s par les personnes de sexe opposé (ou qu'elle se reconnaissent plutôt dans le genre opposé à celui qu'on leur a assigné à la naissance) avec la trouille d'être rejeté-e-s on pourra parler d'hétérophobie.
Le jour où ils et elles seront sujet de moqueries à cause de leur orientation sexuelle (ou de leur identité de genre) on pourra parler d'hétérophobie.
Le jour où un politicien dira : « L'hétérosexualité est un comportement culturel, acquis, de l'ordre du réflexe […], mais comme tous les comportements réflexes plutôt négatifs, on peut parfaitement l'inhiber ou le rééduquer. ». Ou dira : « L’hétérosexualité est une menace pour la survie de l’humanité […]. Je n’ai pas dit que l’hétérosexualité était dangereuse. J’ai dit qu’elle était inférieure à l’homosexualité. Si on la poussait à l’universel, ce serait dangereux pour l’humanité […]. Pour moi leur comportement est un comportement sectaire. Je critique les comportements, je dis qu’ils sont inférieurs moralement […] ». Ou qui, quand on lui demandera si « Les hétérosexuels sont-ils nuisibles à l'intérêt général ? », répondra « oui » et « c'est exactement le fond de ma pensée ». Alors là oui, on pourra peut-être parler d'hétérophobie (j'ai été gentille je n'ai pris les propos que d'un seul homme politique - coucou Christian).
Sinon parler d'hétérophobie c'est juste insulter nos mort-e-s et je ne le permettrais pas, encore moins venant de personnes LGBT !

"99,9 % des homos s'habillent en jean's et sweat. Pourquoi mettre des déguisements?"

Oui, il y a vraiment eu quelqu'un qui a dit ça. Un membre de la team "toi aussi invente un pourcentage". Mais bon ce n'est pas tant ça qui m'intéresse mais plutôt la notion de déguisement et de travestissement.

Quand bien même une majeure partie des personnes LGBT s'habilleraient au quotidien de façon classique, jugée normale par les expert-e-s de la chose, qu'est-ce qui nous dit que ce n'est pas là qu'est le déguisement; le travestissement ?
On peut très bien porter un déguisement de façon quotidienne, pour ne pas être trop visibles ni trop emmerdé-e-s. Je parle en connaissance de cause car j'ai vécu déguisée en mec pendant 23 ans et même si je suis sortie du placard je vis encore déguisée, n'osant pas adopter ce look dont je rêve assez souvent car alors je deviendrais un peu plus visible, j'attirerais d'avantage les moqueries et je ne pense pas pouvoir le supporter.

Il est des personnes qui vivent en cachant leur ce qu'ils et elles sont, ou en tout cas qui cachent une part de ce qu'ils et elles sont. Des personnes qui se sentent mieux quand ils et elles portent tel vêtement "anormal" ou telle tenue "extravagante". Qui sommes nous pour décréter qu'ils n'ont pas à afficher qui ils sont ?
Je me vois mal dire à une personne qu'elle n'a pas sa place dans un rassemblement LGBT car l'image qu'elle donne ne me convient pas. Même si cette personne n'adopte ce look qu'une fois par semaine, par mois, voire par an, ce n'est pas à moi de le lui interdire.Qui suis-je pour refuser à une personne d'être un peu plus elle-même dans une manifestation LGBT que dans notre société hétéro-normé ?

Certain-e-s me dirons qu'il y en a pour le fun, attirer le regard, se montrer...
A ceux et celles là je répondrais : « Et alors ? »
S'ils ont besoin de ce moment de fun où ils attirent le regard et se montrent je ne vois pas en quoi cela me gêne. J'irais même plus loin, je pense qu'on a besoin de ces trop marginaux et marginales pour défendre l'égalité de tous et toutes devant le mariage, l'adoption, la PMA et la reconnaissance de la parentalité.

L'égalité mais pas pour tous et toutes ?

Dans ce débat sur le dress code j'ai vu des choses hallucinantes. Par exemple une personne qui disait qu'un gay qui, de temps en temps, s'habille en drag queen ne devrait pas s'étonner le jour où on lui refusera l'adoption. Et personne n'a réagi alors que mon sang faisait des triples saltos. J'étais devant mon écran en train de hurler « MAIS POURQUOI MILITEZ-VOUS ROGNTUDJU ? » ou un truc du genre (je n'ai pas dit rogntudju mais je suis certaine d'avoir pousser un juron ou un autre). J'ai voulu réagir mais comme les commentaires s'enchaînaient assez vite je n'ai hélas pas eu vraiment le temps, d'autres absurdités m'assaillaient.

Du coup je repose ma question, pourquoi militez-vous ?
Militez-vous pour que seul-e-s les homos bien "normaux" puissent, s'ils le veulent, se marier et adopter, pour que seules les lesbiennes bien "intégrées" puissent avoir accès à la PMA, pour que seules les familles homoparentales pas trop "choquantes" puissent être reconnues et protégées ?
Ce serait absurde et pourtant quand j'entends certains discours j'ai bien l'impression que c'est de ça qu'il s'agit. Il faudrait prouver notre normalité pour obtenir l'égalité des droits et du coup rejeter les LGBT trop marginaux et marginales.
Pour reprendre le cas de cet homme qui se travesti parfois en drag queen, qu'est-ce qui m'autorise à dire que c'est un mauvais partenaire de vie et que ce sera un mauvais père ?
Il y a un autocollant des jeunes intégristes catholiques homophobes qui demande si nous confierions nos enfants à "ces gens là" en utilisant un couple de gays en tenue BDSM pour faire peur et propager leur homophobie comme une mauvaise gastro. Et bien si ces hommes voulaient se marier et fonder une famille pourquoi je m'y opposerais ?
Parce qu'ils pratiquent le BDSM ?
Faudrait-il, du coup, traquer les couples hétéros qui pratiquent le BDSM, leur retirer leurs enfants et annuler leur mariage?
Après tout le BDSM est une pratique sexuelle. Les pratiques sexuelles n'ont rien à voir avec l'orientation sexuelle ou avec l'identité de genre et aucun de ces trois critères ne peut aider à définir quels individus seraient de bons partenaires de vie et de bons parents.

Voilà pourquoi je milite, pour l'égalité des droits, peu m'importe l'identité de genre des individus, leur orientation sexuelle, leurs pratiques sexuelles ou les looks marginaux qu'ils aiment arborer (même occasionnellement).

Ne soyons pas invisibles !

Faut-il vous rappeler que nous ne venons pas pour quémander quelques droits car nous avons été bien sages et que nous avons bien intégré les normes de l'hétéro-sexisme ?
Quand vous faites des injonctions à la normalité c'est pourtant le message que vous envoyez. Vous renvoyez les trop marginaux et marginales dans leurs placards afin de donner une image bien proprette de personnes normales et en espérant que, peut-être, on vous accordera l'égalité.

Ce n'est pas pour ça que je marche avec fierté depuis 2007 !
Si je marche c'est pour exiger l'égalité car nous la méritons. Vous avez bien lu, je ne demande pas l'égalité, je l'exige. Et je ne l'exige pas pour une poignée d'LGBT, pour celles et ceux qui entreraient un peu plus que d'autres dans les normes mais pour toutes et tous. En même temps ai-je vraiment le choix ?
En tant que femme transgenre non opérée et ne ressentant pas le besoin de me faire opérée (et en tant que Queer) je me retrouve hors de la norme hétéro-sexiste. Et je ne vais pas faire la vagino (opération de changement de sexe, grossièrement on pourrait dire que ça consiste à retourner le pénis comme une paire de chaussettes pour en faire un néo-vagin) pour plaire à celles et ceux qui aimeraient donner une image normale des LGBT. J'ai du mal à imaginer celles et ceux qui demandent aux trop queers, trop gouines, trop pédales, trop butchs, trop folles ou trop travelos de bien vouloir rentrer dans les normes défendre mon droit d'être une femme tout en ayant un pénis. Après tout ce n'est pas normal. C'est choquant pour la société hétéro-sexiste !

Et le prochain ou la prochaine qui me dit qu'il ne veut pas de seconde marche des fiertés... je ne sais pas ce que je lui ferais mais en tout cas je le ferais.
C'est quoi ces LGBT qui ont honte de celles et ceux qui défilent fièrement ?
La marche des fiertés c'est le jour où on peut venir et dire "voilà qui je suis", "regardez-moi, je n'ai pas honte". Ce n'est pas pour rien que j'ai choisi de sortir du placard lors d'une marche des fiertés. Et certain-e-s ont honte de ça.
On en revient à ce que je disais au début de ce paragraphe, surtout ne pas être trop fier-e-s, surtout ne pas être trop voyant-e-s, surtout ne pas être trop bruyant-e-s. Avoir honte de nos différences, essayer de se fondre dans la masse et tout ça pour demander quelques droits, surtout ne pas exiger l'égalité car on pourrait nous la refuser.

Certain-e-s disent que ça pourrait choquer les enfants si tout le monde venait comme il en a envie. Vous voulez dire comme ils et elles pourraient être choqué-e-s en étant élevé-e-s par des parents de même sexes ?
Ce que les enfants trouvent choquant c'est ce que leurs parents présentent comme étant choquant.
Vous trouvez normal que des homophobes enseignent à leurs enfants que l'homosexualité est une chose sale, honteuse, qu'il faut corriger ?
Non ?
Alors pourquoi reproduire ce schéma sur les LGBT que vous jugez marginaux et marginales ?
Allez-vous enseigner à vos enfants qu'être trop queers, trop gouines, trop pédales, trop butchs, trop folles, trop travelos ou trop trans sont des choses sales, honteuses, qu'il faut corriger ?

Au moins par ce rejet et cette honte de certain-e-s LGBT trop visibles vous prouvez que vous ne valez pas beaucoup mieux que les homophobes qui nous rejettent (et sans aucune distinction). Soyez-en heureux car ainsi vous vous rapprochez de la normalité que vous souhaitez tant.

A qui voulez-vous plaire ?

C'est une question que je me pose sérieusement.

Voulez-vous plaire aux homophobes qui à longueur de journées nous insultent ?

Voulez-vous plaire aux indécis-e-s qui, même s'ils finissent par être d'accord avec le fait que nous ayons le droit à l'égalité, ne lèveront pas le petit doigt pour nous aider à obtenir cette égalité ?

Voulez-vous plaire à la société hétéro-sexiste qui ne vous accordera rien sans que vous ayez à batailler, montrer des dents, taper du poing sur la table car votre orientation sexuelle vous rend anormaux et anormales à ses yeux ?

Voulez-vous plaire au gouvernement qui revient sur les promesses qu'il vous a faite, traîne les pieds, laisse les homophobes nous insulter sans vraiment réagir, en tout cas pas à la hauteur des insultes que nous devons subir chaque jour (et surtout pas quand elle viennent du PS) et qui donne d'avantage de signes encourageants pour les homophobes que pour les personnes LGBT ?

Voulez-vous plaire à ces "allié-e-s" qui nous soutiennent à condition de ne pas trop critiquer la société hétéro-sexiste et ne pas trop leur rappeler leurs privilèges d'hétéros cisgenres ?

Je suis désolée mais je n'ai que faire de ces gens là, je préfère celles et ceux qui nous suivrons sans conditions. Ceux et celles qui seront peut-être un peu gêné-e-s par les queers, les gouines, les pédales, les butchs, les folles, les travelos et les trans mais qui ne nous lâcheront pas pour autant. Celles et ceux qui accepteront que l'on remette en cause cette société hétéro-sexiste et qu'on leur mette un peu le nez dans leur privilèges sans pleurer toutes les cis-hétéro-tears de leur corps. Pour dire vrai je préfère même ces personnes cisgenres et hétéros aux LGBT qui rejettent celles et ceux écornant l'image de normalité qu'ils veulent donner.

Emporio Ivankov et les newcomers :

Je vais finir en  citant Emporio Ivankov, personnage du manga One Piece fortement inspiré de Frank n Furter (The Rocky Horror Picture Show, un film à voir et à revoir).
« Ton père voulait devenir une femme, quel mal y a-t-il à cela ? Deux mamans et leur fille !! Une petite famille bien soudée !! Quoi de plus merveilleux !! [...] Homme, femme ou travesti quel différence ! Chacun est libre de devenir ce qui lui plait ! Le clivage entre les sexes, moi-même et nous tous qui sommes ici nous l'avons outrepassé depuis des lustres !! Car nous sommes le nouveau genre humain !! Nous sommes les Newcomers !! »

Pour moi Emporio Ivankov c'est un-e magnifique travelo, entouré-e de freaks et cette phrase est juste magnifique mais ce n'est que mon avis.


PS : Et pour ne pas oublier ce que les marginaux et marginales des mouvement LGBT ont pu faire pour nos droits je vous invite à lire ceci.

Le 16 décembre j'irais manifester et je serais moi : Amazing Koala @(>o<)@