Voilà je dois vous dire une chose. Je suis trans...
Oups, vous le saviez déjà.

Alors j'ai découvert qu'hier c'était le jour de coming out (avec mon accent de merde ça donne "Come in newt" même si ça n'a rien à voir avec les tritons) du coup je vais faire un petit article sur le sujet (le coming out, pas les tritons). Des petits trucs par rapport à ma sortie du placard.

 

C'est en 2005 que j'ai su quels mots placer sur ma différence et que je me suis rendue compte que je n'étais pas seule à vivre cela. A partir de ce moment là je me suis sentie moins honteuse, moins coupable. Et sortir du placard est devenu une nécessité.

Alors j'ai commencé à le dire en 2008-2009, maladroitement, ayant peur d'être rejetée par ceux et celles que je croyais être mes ami-e-s. Je m'y suis un peu mal prise et certain-e-s ne m'ont pas vraiment comprise.
En fait sortir du placard peut être assez délicat pour les trans.
Moi j'ai choisi de d'abord le dire pour ensuite vivre quotidiennement en femme. Ca a demandé une dizaine de mois entre le moment où j'ai commencé à le dire autour de moi et celui où j'ai commencé à vivre ma vie de femme. Certain-e-s n'ont pas compris pourquoi je continuais à vivre en tant que mec, surtout que je leur avais dit vouloir vivre en tant que femme, que je me sentais mieux ainsi (je passe sur celles et ceux qui me faisait du cisplaining en m'expliquant comment je devais sortir du placard ou faire ma transition). J'aurais aimé leur expliquer que je préférais mettre tout le monde (ma famille) au courant et que le dire à certain-e-s (toujours la famille) était une chose assez délicate. Puis j'avais peur, je me sentais prète à le dire, pas vraiment à l'assumer.
Au final j'ai donné une lettre pour le dire à ma mère. Pas forcement la meilleure manière de faire mais je n'en voyais pas d'autres. Ensuite elle est venue me voir et on en a un peu palré. Alors il y a plein de choses à ce sujet que j'arrive difficilement à aborder avec ma mère en particulier et avec ma famille en général, par exemple comment le simple fait de continuer à m'appeler A. me mets mal à l'aise.

Après avoir ouvert la porte il fallait encore que j'arrive à la franchir.

Le 16 mai 2009 c'était la marche des fiertés à Angers. Des ami-e-s m'ont dit que ce serait une bonne occasion pour faire ma première sortie (enfin la première sortie en plein jour, sans me cacher). J'ai hésité, il y avait encore quelques personnes que je connaissais et qui n'étaient pas au courant, j'avais peur. Mais je me suis dit qu'il fallait bien sortir du placard un jour et que la marche des fiertés n'étais pas forcement le pire des jours pour ça.
Alors, avec l'aide d'une amie je me suis préparée. Et ensemble nous sommes allées marcher. Et je me suis sentie libre et je me suis sentie moi.
A partir de ce jour il était hors de question de retourner dans le placard, j'avais défoncé la porte en sortant.
Aussi le lendemain je suis allée à la fac en tant que fille, en tant que Cassandra. Et le jour suivant, et celui d'après... j'étais enfin moi.

 

Comme je l'ai dit avant le coming out est délicat pour les trans. En parler ne suffit pas, il faut aussi vivre dans le genre qui est le notre.
Une autre chose délicate c'est de devoir parfois expliquer qui nous sommes à des gens que nous connaissons à peine. Il n'est pas toujours facile d'envoyer chier celles et ceux qui viennent nous demender "mais tu es une fille ou un garçon ?", surtout quand la personne semble juste vouloir vous connaître, savoir qui vous êtes.

Je ne sais pas quelles sont les bonnes façons de faire, les bonnes réactions, je crois que c'est au cas par cas et qu'au final il n'existe aucune bonne méthode.

Je vous souhaite deux choses, réussir à sortir de vos placards et être heureux-ses

Koalamicalement votre, Amazing Koala @(^o^)@